Je profite de cet espace pour lancer mon cri de désespoir et en appeler à la mobilisation de la communauté estudiantine originaire de Mayotte. Nous ne devons plus attendre un miracle. Il est plus que temps de faire comprendre à nos administrés que nous rêvons nous aussi d’un avenir meilleur.

Voilà déjà trois mois que le complément de bourse de la DASU n’est pas versé. Officiellement, il y aurait un dysfonctionnement avec leur nouveau logiciel de gestion de la bourse. Les problèmes informatiques de cette direction ne datent pas d’aujourd’hui. En effet, depuis la mise en mise en place de la procédure de demande du complément de bourse en ligne nous sommes confrontés à des dysfonctionnements à répétition. Cet outil n’a jamais fonctionné.

 

 

Jusqu’à quand allons-nous subir l’incompétence des agents de la DASU et le silence du Conseil Départemental ? Le Département ne serait-il pas en train de faire des économies sur le dos des étudiants ? Mes amis réveillons nous, réveillons-nous et défendons nos droits.

 

Nous sommes à quelques semaines des partielles. Il va être difficile de se concentrer et de bien se préparer avec l’estomac vide, le propriétaire qui réclame deux mois de loyer ou encore les multiples factures qu’il faut payer et la seule bourse du CROUS ne suffit pas.

 

Chers DASU, chers élus, la vie en métropole n’est pas la même qu’à Mayotte. Ici tout est question d’argent. Avez-vous pensé à mes frères et sœurs qui sont venus pour la première fois dans l’hexagone poursuivre leurs études et qui doivent composer avec la période hivernale ? Sont-ils bien équipés ? 

 

L’indifférence de cette administration m’exaspère. Comment peut-on être responsable – directeur adjoint- et se donner le luxe de partir en congé à une période de crise, trois mois de retard, où toutes les ressources doivent être mobilisées pour trouver une issue favorable à cette situation invivable pour les étudiants et lycéens.

 

Mes chers amis, mes chers responsables des associations des étudiants mahorais, un sursaut est nécessaire pour que la situation se débloque. Si en trois mois on n’a pas réussi à régler un problème de logiciel, ce n’est pas à l’heure où Mayotte connait une période d’instabilité (menace de grève générale) que les choses vont s’arranger. Nous devons nous rassembler devant les bureaux de la DASU en région pour demander des éclaircissements et exiger à ce que le Département règle en priorité cette question de retard de bourse. Nous devons nous unir en urgence pour ne pas qu’il y ait un autre décès à cause du silence et de l’indifférence de l’administration de Mayotte face aux difficultés que rencontrent les jeunes mahorais de l’hexagone.

 

Merci à tous ceux qui soutiendront cette démarche et aux lecteurs que vous êtes.

 

Citoyen 976