Le volley-ball se meurt à Mayotte. Le nombre de clubs et licenciés est en baisse depuis des années et les relations de la ligue avec ses partenaires institutionnels sont loin d’être au beau fixe. Mais, la discipline a est représentée aux 10e Jeux des îles par la sélection masculine et s’est préparée presque à la dernière minute.

 

Les volleyeurs auraient dû former le plus gros de la délégation mahoraise pour les Jeux des îles avec une quarantaine de sportifs. Finalement, il n’y aura que 12 hommes et l’encadrement. Pas de sélection féminine (elles n’auraient pas le niveau selon le président de la ligue Aboubacar Babou), pas de paires de beach-volley non plus, puisqu’il n’y a pas de compétition à Mayotte.

Si le volley a réduit la voilure, c’est parce que la ligue n’a pas eu de subventions nécéssaires pour sa préparation. En 2016, la ligue a reçu des subventions pour que les clubs champions et vice-champions de Mayotte participent à la coupe des clubs champions de l’océan Indien (CCCOI) à Maurice. Sauf que cette compétition organisée par la zone 7 de la confédération africaine de volley-ball nécessite une invitation pour les clubs mahorais. Et en 2016, les organisateurs mauriciens n’avaient pas envoyé d’invitation aux clubs mahorais. Et ceux-ci, en accord avec la ligue, s’étaient tournés vers des rencontres amicales (All Stars à Maurice, Zamfi de Mtsamboro à Madagascar).

ElAnrifVolleyEl Arif Soilihi (en chemise) a accepté la difficile mission de mener la sélection masculine de volley aux Jeux des îles.

Le conseil départemental a demandé des justificatifs à la ligue pour l’utilisation des subventions. Des justificatifs que celle-ci peine à produire, puisqu'il est impossible de dire que les équipes mahoraises sont partis à la CCCOI. Du coup, le conseil départemental refuse d’accorder des subventions à la ligue.

Cette dernière a également des arriérés (plus de 30 000 €) auprès de la fédération française de volley-ball. Du coup, la participation des clubs mahorais aux compétitions nationales est suspendue, la participation des équipes de jeunes aux volleyades également. Quant à la DJSCS, les relations sont limitées au strict minimum.

Autant dire que les volleyeurs se sont préparés avec les moyens du bord, sans sortie extérieure, sans stage fermé, sans lumière au gymnase de Kavani jusqu’à la fin du mois de juin. Mais grâce au CROS qui est intervenu auprès du conseil départemental pour qu’un budget soit octroyé pour la préparation. Les volleyeurs croient tout de même en leurs chances. Mais ils sont tombés dans la poule de trois équipes avec les Mauriciens qui évoluent à domicile et les Seychellois qui jouent le podium. Les éditions précédentes, les Mahorais n’ont jamais réussi à remporter une seule rencontre. S’ils réussissent cette année, ce serait un véritable miracle.

Faïd Souhaïli

Pronostic 101 Mag : élimination en phase de poule

À lire également :

1 : Le basket, une valeur sûre

2 : Le cyclisme veut sortir de la confidentialité

3 : Le rugby à 7 veut créer la sensation

4 : Un nouveau règlement favorable aux judokas

5 : Le tennis de table à la quête de l'or

6 : Le pari difficile des footballeurs

8 : Athlétisme : le javelot et puis c'est tout !