Rarement programmé lors des Jeux des îles de l’océan Indien, le rugby à 7 est pourtant un sport apprécié dans la région. La sélection de Mayotte fait figure de Petit Poucet, mais les hommes de Yannick Potel espère bien tirer les marrons du feu à la fin du tournoi.

 

Répéter les automatismes, encore et encore, c’est le crédo du sélectionneur Yannick Potel en ces derniers jours de préparation avant le départ pour l’île Maurice. Sur le terrain de Mliha, la sélection de rugby à 7 privilégie les phases offensives ballon à la main. Et à chaque fois que le ballon tombe par terre, Yannick Potel rappelle ses hommes à l’ordre. « Là-bas, il faudra jouer à la perfection si on veut espérer ramener quelque chose. Les erreurs individuelles, ça ne pardonne pas » nous confie-t-il.

« On a rien à perdre et tout à gagner » renchérit Florent Raddas, le capitaine de la sélection. Il faut dire que lors des dernières sorties dans la région, que ce soit en club ou en sélection, à 15 ou à 7, les Mahorais ont souffert de la comparaison avec les meilleures équipes réunionnaises et malgaches et dans une moindre mesure avec les Mauriciens. Alors, si les Mahorais reviennent médaillés, ce sera une vraie bonne surprise. « Les Réunionnais et Malgaches sont clairement au-dessus. En revanche, contre Maurice, ça peut passer. Sur un match, tout peut arriver » lance Yannick Potel.

Rugby7equipeLa sélection de Mayotte presqu'au grand complet avec sa tenue officielle des Jeux des îles.

Et pour mettre toutes les chances de son côté, le comité territorial de rugby n’a pas lésiné sur les moyens. Celui-ci a demandé et obtenu 127 000 euros de subventions du conseil départemental pour se préparer. Deux sorties ont été effectuées à la Réunion et une à Madagascar. « A Mada, nous avons beaucoup appris, on a été très bien reçu par les Malgaches, on a beaucoup partagé dans un pays où le rugby à 7 fait le plein des stades » résume Yannick Potel.

La sélection de Mayotte a également fait appel à Baptiste Gatuingt, l’entraîneur de l’équipe de France U18 de rugby à 7. Celui-ci a apporté une vraie plus-value en apportant une analyse vidéo des gestes des joueurs. Ceux-ci ont effectué un travail physique spécifique qui doit les mener à être en pleine forme à Maurice.


Les Réunionnais se demandaient si c'était bien la même équipe qui était venue quelques mois auparavant"

Bref, rien n’a été laissé au hasard. « Lors du dernier stage à la Réunion, on a joué contre des clubs de seconde zone et ils ont été surpris du jeu que l’on a développé. Ils se demandaient si c’était la même équipe qui était venue quelques mois auparavant » se réjouit Yannick Potel. Une équipe qui devrait contenir un élément du Pôle espoirs de la Réunion. Un pôle qui intègre de plus en plus de Mahorais, preuve que le ballon ovale commence à séduire de plus en plus.

rugby7sprintLes performances en course rapide des joueurs ont été chronométrées électroniquement pour voir si la préparation physique a permis de les améliorer ou pas.

Reste maintenant à prouver sur le terrain ces progrès. La formule du tournoi ne va pas aider à se cacher. Le 24 juillet, les quatre équipes en lice (Maurice, La Réunion, Madagascar et Mayotte) se rencontrent toutes. Puis le 25 juillet, se dérouleront les demi-finales, la petite finale et la finale. « Pour gagner, une médaille, il faut au moins remporter le dernier match du jeudi » souligne Florent Raddas. C’est tout le mal qu’on leur souhaite !

Faïd Souhaïli

Pronostic 101 Mag : 4e place

 

A lire également en attendant les Jeux des îles :

1 : Le basket, une valeur sûre

2 : Le cyclisme veut sortir de la confidentialité

4 : Un nouveau règlement favorable aux judokas

5 : Le tennis de table en quête de l'or

6 : Le pari difficile des footballeurs

7 : Le volley repêché à la dernière minute