En temps habituel, l’océan Indien est le parent pauvre de la coupe d’Afrique des nations. Cette année, les Barea (Zébus) malgaches ont profité de l’extension de la compétition à 24 équipes au lieu de 16 et d’une campagne qualificative rondement menée pour s’inviter à la fête du football africain en Egypte Et depuis, c’est la folie y compris à Mayotte où la communauté malgache est très importante.

 

En dehors de Madagascar, Mayotte est le seul territoire au monde où l’on parle une langue comprise par les habitants de la Grande Île (le kibushi avec différentes variantes). Alors, vu de la proximité géographique et au vu des liens culturels, Mayotte est une terre d’exil pour de nombreux Malgaches. Et une partie de la communauté s’est retrouvé dimanche soir à Passamaïnty, dans la commune de Mamoudzou au Mahazatra, le bar et restaurant malgache du village.

Presque tout le monde est venu avec un maillot des Bareas, vert, rouge ou blanc, couleurs du drapeau malgache. Le patron, Baba Mahazatra surfe sur la vague Barea. Le dimanche précédent, il a raté le coche, le Mahazatra étant fermé lors de la rencontre opposant les Barea aux Super Eagles nigerians. Mais cette fois-ci, pour le premier 8e de finale de l’histoire de la sélection malgache, Baba Mahazatra a ouvert dimanche. Et bien lui en a pris puisque l’ambiance a été chaude.

BabaManjakaBaba Mahazatra (à droite) a réalisé de très bonnes affaires en diffusant le match opposant Madagascar et la RDC.

Au coup d’envoi, le Ry Tanindrazanay malala ô, l’hymne national malgache n’est pas repris par les clients du Mahazatra. En revanche, l’apparition du président Andry Rajoelina sur l’écran géant déclenche une salve d’applaudissements. Les serveurs ne savent où donner de la tête pour servir les clients. Angelo et Judas assis à la même table que moi sont confiants. « On y croit ! » répètent-ils en chœur.

La partie s’engage. Les supporters crient « Alefa Barea ! » (Allez les zébus !). Sur la première faute subie par un joueur malgache, Judas s’emporte. « Carton rouge ! » lance-t-il à l’arbitre marocain de la rencontre Nouredine El Jaafari.

Mais quelques minutes plus tard, comme tous les clients du Mahazatra (et oui, il n’y avait aucun Congolais), il explose de joie suite à une frappe splendide d’Ibrahim Amada qui se loge dans la lucarne droite de Ley Matampi. Désormais, les supporters malgaches chantent un refrain bien connu à Mayotte « Iyo, iyo, iyo yoyoyo ! Iyo, iyo Iyo yoyoyo ! »

Mais les Congolais se mettent enfin à jouer et égalisent à la 22e minute par Cédric Bakambu. Les visages se ferment.

Alefa Barea, l'hymne des Barea interprété par Dalvis.

Les Congolais prennent le jeu à leur compte, les Malgaches se replient sur leur moitié de terrain. A la mi-temps, nos deux supporters Angelo et Judas sont toujours optimistes. « Ca va le faire, on va gagner 2 à 1 » pronostique Angelo, bière à la main.

Derrière lui, sur la route principale, un automobiliste s’arrête et tente de discuter avec les clients. « Monsieur, vous êtes bourré, il ne faut pas conduire ! » lance un client à son encontre. Le chauffeur décide alors de quitter les lieux, visiblement éméché.

AngeloJudasAngelo et Judas exultent après le but de Faneva Andriantsima.

Le début de la seconde période est sifflé. Les Barea ont repris du poil de la bête. C’est d’abord Carolus Andriatsimanoro qui rate une énorme occasion à l’heure de jeu. Judas se tient la tête dans les mains et pense que l’occasion de tuer le match vient de passer. Mais à la 77e minute, le capitaine et attaquant Faneva Andriantsima place une tête plongeante que Matampi ne peut stopper. 2 à 1, le Mahazatra exulte, le DJ lance l’hymne des Barea « Alefa Barea » interprété par l’une des stars du moment de la Grande île, le chanteur Dalvis. Cette fois-ci tout le monde y croit, les « Alefa Barea » sont désormais continus. Mais dans les arrêts de jeu, les Congolais égalisent encore une fois et provoquent un silence de mort. A quelques minutes près, les Malgaches se qualifiaient pour les quarts de finale. Là, il faut passer par 30 minutes de stress supplémentaire avec la prolongation.

AlefaChampagneChampagne pour les Bareas !

« Vous y croyez toujours ? » lancé-je à mes voisins de table. « Toujours ! On y croit jusqu’au bout ! » répond Judas. Autour de lui, les mines défaites laissent penser au contraire. D’autant plus que durant la prolongation, les Malgaches faiblissent sur le plan physique. La pression des Congolais se fait plus forte, il faut des arrêts miracles de Melvin Adrien pour maintenir les Barea. Mais la délivrance survient lors de la séance des tirs aux but. Les Barea mettent tous les ballons au fond, les Congolais en ratent deux au grand plaisir des Malgaches du Mahazatra. Cette fois-ci, Angelo et Judas se prennent dans les bras, leurs voisins se mettent à danser, une cliente débouche même une bouteille de champagne. Pour leur première participation à la CAN, les Barea se hissent en quart de finale !

Baba Mahazatra est aux anges, ce dimanche, il a gagné sur tous les plans. « C’est une très belle victoire, c’est très bien pour la communauté et très bon pour nous, les clients ont bien bu et bien mangé. Rendez-vous jeudi pour le prochain match » nous crie-t-il, alors que l’hymne des Barea est poussé à fond par le DJ du resto-bar. Et ce jeudi, ce sera face à la Tunisie. Baba Mahazatra et les Malgaches de Mayotte espèrent bien que la fête continuera en Egypte pour les Barea.

Faïd Souhaïli