La sélection masculine de basket sera encore une fois composée de joueurs locaux plus habitués au bitume des plateaux qu'au parquet des gymnases.

Les 10e Jeux des îles de l’océan Indien (JIOI) vont s’ouvrir le 19 juillet prochain à l’île Maurice. Mayotte partira avec une délégation resserrée par rapport aux autres pays. La récolte de médailles ne sera pas aussi conséquente que pour les Mauriciens, les Réunionnais, les Malgaches ou les Seychellois. Mais s’il y a un sport où l’on compte ne pas revenir bredouille, c’est le basket. Depuis 2011, Mayotte a toujours ramené au moins une médaille. Et cette année, les basketteurs comptent faire un coup double.

 

« S’ils ne ramènent pas de médailles, on va les pourrir ! » Le ton est donné par les amateurs mahorais de basket. Et si ceux-ci se montrent si confiants, c’est parce qu’ils ont été habitués aux bonnes performances des sélections lors des précédents Jeux. En 2011, les hommes ont créé la sensation en se hissant en finale et en s’inclinant de 3 petits points contre le pays hôte les Seychelles. En 2015, ils ne sont en revanche pas sortis de la poule de la mort en s’inclinant encore de peu contre les Seychellois et les Malgaches en 2015. Cette année-là, ce sont les dames qui ont ramené une médaille de bronze en battant les Mauriciennes.

L’attente est donc forte à Mayotte, d’autant que le tirage au sort a été plutôt clément. Les hommes joueront contre les Comores et Maurice, les dames joueront contre les Seychelloises et les Réunionnaises. Les demi-finales sont accessibles et la médaille de bronze devrait être jouable pour les deux sélections de Mayotte.

 

FayzatBasketFayzat Djoumoi (n°10) sera la grande absente chez les dames. La championne d'Europe U16 2017 et vice-championne du monde U17 2018 ne remplit pas les conditions de sélection pour Mayotte. Crédit photo : FIBA Europe

Pour se préparer au mieux, la ligue de basket de Mayotte a choisi de faire appel à Christian Devos, président du BCM-Gravelines-Dunkerque, club dont l’équipe masculine évolue en Jeep Elite, la plus haute division française. « C’est pour son expérience du haut niveau, il épaulera les sélectionneurs des équipes masculines et féminines, qui eux connaissent mieux le basket local » indique Martial Domergue, le responsable des sélections.

Des stages dans le Nord ont été programmés en février. Ils n’ont pu se tenir puisque la ligue devant résoudre des problèmes financiers au préalable n’a pu payer cette préparation. Les joueurs et joueuses ont perdu des congés pour rien.

 

Une aide essentielle de la FBBB pour sortir les sélections d'un mauvais pas

Des congés que les filles n’ont pu trouver pour le second stage proposé par leur staff en ce début juillet. Seuls les garçons s’envolent ce lundi pour une semaine à Gravelines, pour s’entraîner dans des conditions optimales, comme des pro. « Cela n’aurait pas été possible sans l’apport de la Fédération française de basket-ball, notamment Mme Giscou, vice-présidente de la FFBB, M. Goudail, directeur comptable et financier et les comptables Maxime et Aurélie. Ils nous ont aidé pour le matériel, la préparation, etc. » affirme reconnaissant Martial Domergue.

Les filles continuent leurs entraînements à Mayotte en stage fermé (à raison de 4 entraînements par week-end) et 2 fois par semaine en soirée. « L’objectif est de se mettre dans les conditions de compétition, car sur place, ce sera très intensif, on jouera pratiquement tous les jours » explique Melina Nassur, capitaine de la sélection et présente il y a 4 ans à la Réunion.

BasketBCMVautourLe Vautour Club de Labattoir (en blanc) et le Basket Club de M'tsapéré (en rouge) forment à eux deux la moitié de la sélection de Mayotte.

Les entraîneurs ont dévoilé les 12 joueurs et joueuses qui feront le déplacement à Maurice. Du côté des hommes, le joueur d’Orléans (Pro B) Kadri Moendadzé sera de la partie au contraire de son ex-coéquipier du BC M’tsapéré Aboubacar Madi, écarté il y a quelques jours et réserviste. Du côté des dames, la vice-championne du monde U17 2018 Fayzat Djoumoi ne sera pas là. Celle-ci vient de signer son premier contrat pro à Lille-Villeneuve d’Ascq.

Quoi qu’il en soit, malgré les conditions d’entraînement compliquées avec des gymnases défaillants ou des plateaux polyvalents non couverts, les basketteurs mahorais constituent une valeur sûre de la délégation mahoraise. Pour mettre leurs chances de leur côté, la ligue a recruté pour l'occasion un médecin et un kiné qui se chargeront de soigner les bobos. en temps habituel, c'est le CROS qui est chargé du staff médical pour tous les sports. " Ils se consacreront qu'aux basketteurs et basketteuses, on n'aura pas à partager avec les autres disciplines, c'est un gros plus" confie Martial Domergue. Et l'espoir de médailles pour le basket est aussi symbolisé par le choix du porte-drapeau Hamza Ahamadi. Une fierté pour le basketteur de Pamandzi, signe que tout le monde s'attend à ce qu'ils ramènent une médaille.

F.S.

Pronostic 101 Mag : médaille de bronze pour les dames et pour les hommes
Mise à jour du 14 juillet 2019 : Kadri Moendadze, blessé et en négociation avec son club professionnel d'Orléans ne fera finalement pas le déplacement à Maurice. Sans les deux meneurs du BCM Ali Kassimo (Alipoi) ni Aboubacar Madi, la tâche s'avère plus compliquée que prévu pour les hommes.

 

A lire également :

2 : Le cyclisme veut sortir de la confidentialité

3 : Le rugby à 7 veut créer la sensation

4 : Un nouveau règlement favorable aux judokas

5 : Le tennis de table à la quête de l'or

6 : Le pari difficile des footballeurs

7 : Le volley repêché à la dernière minute