Sa page Facebook rassemble plus de monde que celles des journaux d'information de l'Union des Comores. Pourtant, c'est sur un ton décalé et satirique qu'il commente l'actualité du pays et de sa diaspora. Altwawn a une cible privilégiée : les hommes politiques. Mais tout le monde en prend pour son grade. Au plus grand bonheur des abonnés qui y voient là un exutoire pour fustiger la gestion du pays.