Mayotte, fabrique du petit délinquant  est-elle en train de se transformer en usine à apprentis terroristes ? Les derniers évènements illustrent bien comment le mimétisme, et surtout l'inaction d'un Etat pour le moment dépassé par la situation (ou tout simplement inconscient ) pousse de plus en plus les jeunes délinquants à aller toujours plus loin dans la provocation et la stratégie de la terreur.

 

"Allah Akbar !!! Allah Akbar !!!" Une centaine d'adolescents armés pour certains de machettes, de gourdin, de couteaux courent dans tous les sens. La scène se passe lundi soir à Mtsapéré. C'est l'heure de la prière, mais ce n'est pas le muezzin qui scande ces paroles. "Allah Akbar" !!! Ces mots viennent  de la nuée d'adolescents venus pour "casser la gueule" aux adversaires du village voisin.

 

Des ados sans repères, aux parents absents qui n'ont pour la plupart rien à perdre.

Ils ont des cagoules, des gourdins, des machettes, ils scandent le nom d'Allah en fuyant les bombes lacrymogènes lancées par une dizaine de gendarmes mobiles placés entre Mtsapéré et Cavani. La scène fait froid dans le dos. Non pas à cause de ces armes fabriquées maisons et placées aux mains de jeunes inconscients. Des ados sans repères, aux parents absents qui n'ont pour la plupart rien à perdre. Ce qui choque, ce sont ces paroles...

Faite pas a attention a la fin ⚠❎

Posté par Shayana Dhl sur lundi 11 avril 2016

Affrontements de mardi soir à Mtsapéré entre jeunes de Doujani et Cavani.

Des mots qui dans le contexte actuel font planer un malaise. Oui, ces propos montrent qu' ils ont compris, que ces mots ont une résonance particulière lorsqu'ils sont prononcés par des gens armés, dans le cadre d'une guerre, quelle qu'elle soit. Ils ont compris que c'est la meilleure manière pour que l'Etat, celui-là même qui les a ignorés jusqu'à maintenant,  s’intéresse enfin à eux. Parce qu'aujourd'hui, la seule chose qui terrorise vraiment l'Occident c'est ce terrorisme qu'ils appellent "islamiste". A travers leur nouveau slogan, c'est à "Eux" Occidentaux qu'ils s'adressent. Les Mahorais l'ont compris parce que sur l'île on les connaît bien ces jeunes. Ici on sait que la plupart  n'a jamais mis le pied dans une mosquée. On sait qu'ils se droguent, volent, pillent et violentent quotidiennement la population. On sait que ces paroles, les délinquants les utilisent comme une arme. Car ils ont compris qu'on pouvait utiliser la religion pour terroriser.

 

Toujours plus loin dans l'intimidation

Jusqu'ici pour instiller la terreur, ils passaient par les coupes de cheveux improbables façon punk, teints en blond pour accentuer l'effet. Comme pour dire "Ni Dieu, ni maître !" Surtout pas de parents pour imposer un style "islamiquement correct". Au look, vinrent s'ajouter les accessoires. Le bout de parpaing qu'on balance sur la police, ou au hasard sur les véhicules qui passent, la bouteille de verre cassée, le couteau de cuisine volé à un particulier, puis le coupe-coupe. Localement appelé chombo. Un accessoire bien connu des Africains qui ont fuit la guerre et les milices armées qui terrorisent les populations. Comme sur le continent, pour montrer sa toute puissance d'enfant-soldat, il faut montrer qu'on ne rigole pas. Le coupe-coupe,  on l’affûte sur le bitume, rien que le bruit a un effet dissuasif. Mais depuis quelque temps, l'accessoire en vogue, c'est le chien.

Débarquement a mtsapere c'est chaud

Posté par Alerte mayotte sur lundi 11 avril 2016

Affrontements de mardi soir à Mtsapéré entre jeunes de Doujani et Cavani.

Un chien, le summum de la transgression pour tout musulman. L'animal est en effet considéré comme un être impur par la religion et pour ne rien gâcher, de nombreux Mahorais en ont peur. Ces "terroristes" en herbe ont donc commencé leur élevage. Désormais, ils ne se déplacent plus sans leur meute de chiens rachitiques, aussi malmenés qu'eux mêmes l'ont été par la vie. Ces bêtes volontairement affamées leur servent d'arme de dissuasion dans leur expéditions nocturnes. Un accessoire très en vogue en attendant le jour où ils pourront se procurer des armes à feux. Mais d'ici là, ils ont compris que l'arme la plus effrayante était la terreur psychologique. Crier "Allah Akbar", lors de leurs affrontements avec les forces de l'ordre à l'images des frères Kouachi, des combattants de l'Etat Islamique ou des terroristes du Bataclan... rien de mieux pour marquer les esprits. Sur Facebook, ceux là sont devenus des stars de la rébellion. En les copiant, le petit délinquant de Mayotte espère bien lui aussi devenir une star des réseaux sociaux.

 

GPL répond à Kamardine

"Des propos irresponsables". C'est la réaction de la ministre des Outre-mer George Pau-Langevin après les déclarations dans le Figaro de l'ex-député (UMP/Les Républicains) Mansour Kamardine, qui estime que "Mayotte est au bord de la guerre civile". Regardez la réaction de la ministre, recueillie par Brett Kline et Emmanuel Morel (Outre-mer 1ère/France Ô)

Posté par La 1ère sur mardi 19 janvier 2016

 

Halda HALIDI