La France s’apprête-t-elle à larguer notre île? Échange-t-elle Mayotte contre le gisement de pétrole, qui serait dans nos fonds marins? Va-t-elle créer une confédération des îles Comores, Mayotte y comprise? Va-t-elle assouplir voire suspendre le visa Balladur? Le fameux visa considérépar les autorités comoriennes comme étant le visa de la mort. Les questions ne manquent pas, même si nous n’avons que très peu de réponses.

 

Mais attardons-nous sur la réaction mahoraise face àcet accord franco-comorien. « Nous ne sommes pas des animaux, on ne peut pas nous vendre contre du pétrole » lance un homme à Hanyoundrou. Il s’agissait d’une rencontre pour organiser la protestation.

Ironie de l’histoire, le chemin qui mène vers le lieu du rassemblement la plage de Hanyoundrou est parsemé de drapeaux tricolores et européens. Une manière de dire à la France, qu’une fois encore, qu’elle le veuille ou non, Mayotte est française et surtout qu’elle compte bien le rester.

C’est comme si on avait fait un retour en arrière, comme si nous étions au temps des Sorodas et Serrer-la-main, le temps des luttes pour rester française.

« Non karivendzé » entend-on àtout va, criépar des femmes vêtues de salouva àl’effigie de Zena Mdéré, cerise sur le gâteau Alain-Kamal Martial Henry, fils du docteur Martial et neveu de Mché Marcéli était présent et en digne héritier, il a pris la parole pour l’organisation des évènements à venir. Il y avait là des Sorodas de la première heure, convaincus qu’il ne faut pas lâcher.

AKM

Alain-Kamal Martial Henry en plein discours à Hanyoundrou.

Qu’est-ce qui nous pousse à nous accrocher autant à un pays, qui semble-t-il, ne veux pas de nous?

Mayotte française envers et contre tout ! Mayotte à contre courant de l’histoire des indépendances africaines. Mayotte française contre l’ONU, contre l’Union africaine, contre la Ligue arabe, surtout contre les Comores et même contre la France elle-même, Mayotte restera française. L’histoire l’a démontré, cette île peut surprendre. Maoré Farantsa ! Et c’est quand la France manifeste ce qui est considéré comme une trahison qu’on lui montre encore plus notre attachement. A la place de la République, pour le salon du tourisme, un chigoma des plus ambiancés était joué. Et c’est en sambi, aux couleurs tricolores que ces messieurs ont dansé. Exprès ou pas…le message est clair et on est français et on compte le rester.

Nous sommes les rois du pétrole

Mais même si la situation peut rappeler les temps des luttes pour Mayotte française, la conjoncture n’est plus vraiment la même. Beaucoup sont comme abasourdis par la gifle. Comment la France a-t-elle pu? Elle a pu…pourtant.

Ensuite, beaucoup et ils osent le dire pensent qu’effectivement il est temps d’en finir avec le visa et ouvrir une nouvelle ère avec les Comores. Quelle ère ? L’ère du rapprochement, cette fameuse confédération ? Ou l’ère d’une île avec deux administrations comoriennes et françaises comme l’ont rêvécertains du côtéde Moroni. D’autres questions se posent… Ces personnes pourront-elles circuler dans toute la France ou est-ce que ça sera comme avec la carte de séjour de Mayotte? 

Et si c’est le cas, que prévoit la France ? Une chose est sûre, la grogne monte à Mayotte. On n’a pas l’intention de voir le drapeau comorien flotter à Mamoudzou.

EtatAbsent

Les membres du CODIM reprochent à l'Etat de ne pas jouer son rôle en matière de protection des frontières.

On n’en oublierait presque l’information principale : il y a du pétrole chez nous. Du pétrooooole a-t-on presque envie de crier. Du pétrole, nous les rois du pétrole ! En plus d’être une île paradisiaque, nos sous-sols et fonds marins n’abritent pas que ces magnifiques coraux. Si on creuse plus profondément encore, on trouve de l’or. Un or noir. L’or noir qui a fait la richesse de tant de pays, mais qui a causé beaucoup de guerres aussi va sans doute arbitrer la géopolitique de notre région.

En 2013, François Hollande en visite dans notre île, avait concédé cette réalité, alors que les autorités préfectorales s’évertuaient à démentir toute information en ce sens. Il y a du pétrole dans la zone et La France, les Comores et Madagascar en discutent sérieusement. François Hollande avait déclaré devant les journalistes mahorais : « la France défendra ses intérêts ». Quels intérêts ? Les Mahorais ont toujours pensé que parmi les intérêts de la France figurait Mayotte. 

Alors rompre le visa Balladur sans les consulter fait comprendre tardivement à beaucoup que les intérêts de la France ne vont pas toujours dans les intérêts des Mahorais.

Mais s’il y a du pétrole, c’est aussi une richesse pour Mayotte…une très grande richesse. Un bon argument à faire peser dans la balance…reste à savoir comment.

Kalathoumi Abdil-Hadi