Il parait que je suis mnafiky, d’où mon doux sobriquet de Dady Mnafiky. Il faut dire que j’entends beaucoup de choses, et j’en vois beaucoup aussi. Le plus souvent, je me tais. Mais quand la politique me sort par les yeux et que tous ces menteurs  tentent de nous embobiner, je ne peux rester silencieuse. Certains m'appellent RG, mais les vrais RG eux nous écoutent tranquillement depuis les Badamiers. Allez, ouvrez bien vos oreilles...

 

Ayi wagnawé…ce peuple est bizarre, comme dirait ces jeunes de TV Mafoumbouni, des vrais « makoufouriwa ». Il fallait voir les chadis et les loulous et les shengué entonnaient à tue-tête lors des meetings de ces derniers mois. Il parait que le ramadan est un mois de piété ou le mensonge est proscrit. Astahafiroullah, c’est tout ce que je peux dire. Je suis Dady Mnafiky, en tout cas c’est comme ça que l’on m’appelle ici à Baraza-la-Oujouzi.

Je me dois de me taire pour en finir avec cette réputation, mais j’avoue que la fatigue l’emporte. Je n’en peux plus de tout ça.

Ouf ! Ça y est, c’est les vacances. Moi je suis surtout contente que les élections soient finies parce que tous ces wanafiki de politiciens, ils n’arrêtaient pas de toquer à ma porte. Soi-disant qu’ils allaient changer ma vie, qu’ils stopperaient les kwassas à Anjouan et que s’arrêteraient aux portes de ma cour cambrioleurs et délinquants. Wanafiki wa madzi, oui !

Tiens voilà en voilà une qui n’a rien compris, ma petite fille. Qu’est-ce qu’elle va me chanter encore celle-là ?

« Kwezi Dady ! Ça va, tu m’as l’air fatiguée.

— Oui, ce sont ces politiciens qui m’ont fatiguée. Tous à faire croire qu’ils disent la vérité, alors qu’ils n’ont même pas respecté Allah ni le mois de ramadan.

— Quoi, comment ça ? Mais tu as vu le résultat ? On a un avocat et madame la Duktera qui ont été élus députés, il n’y a pas mieux pour nous défendre, non ?

— Tu es vraiment une naïve toi. Il y en a une qui se retrouvera noyée au sein des Marcheurs et l’autre le Mzavoka, dans l’opposition, il criera, mais personne ne l’entendra. Et puis de toute façon, s’ils se comportent comme leurs alliés, on n’est pas sûr de savoir dans quelle direction ils agiront.

— Dady, mais que veux-tu me dire par là ? De quels alliés parles-tu ?

— Tais-toi, mais tu es vraiment bonne à rien quand tu t’y mets ! Dis-moi, quand un homme vient te voir là en disant qu’il te veut pour faire la chose là, tu réponds quoi ?

— Quand c’est non, c’est non et quand c’est oui, c’est oui !

— Tu es vraiment sûre que tu agis comme telle ? Si c’est le cas bravo, quand c’est non, c’est non. Mais pour nos politiques, ils disent ewa devant tout le monde. Et quand tu tournes le dos, ils font campagne contre toi en disant anhan, va voir du côté du MDM et BAB et tu comprendras. Tu sais moi j’y suis allée tout de même aux meetings. On y a chanté le mariage du mbuyu et de la rose. Mais bon, il y a le mbuyu de droite et le mbuyu de gauche, et le mbuyu de droite, il n’aime pas trop les roses. Et puis dans la rose, il n’y a pas que les pétales et la bonne odeur, il y a aussi les épines. Et je crois bien que le mbuyu de gauche s’est fait avoir, il n’a vu que les épines.

— Bwi, c’est trop compliqué tout ça. Haya, je m’en vais, en tout cas je vais surveiller le Mzavoka et Madame Duktera, je suis sûr qu’ils feront l’affaire.

— En attendant que Paris nous donne son avis sur l’autre zavoka…Mché Louis. On verra bien. Haya lala ha ounono et te fais pas trop avoir par les politiques mtssssui. »

Ah ces politiques…la mairie de Mamoudzou n’a rien à envier à la mairie de Sada ou Tsingoni, aucune majorité à l’heure actuelle. Les sénatoriales et les ambitions des uns et des autres ont eu raison de la majorité de la mairie de Mamoudzou. Et ceux qui se revendiquent plus républicains que nous tous se sont divisés également. Et justement en parlant de ça, et voilà que le jeune maire de la plus petite commune de Mayotte ambitionne d’aller dormir lui aussi au Sénat. Pourquoi pas lui ? pourrait-on même se demander quand on voit le travail accompli par son prédécesseur, le sénateur Beau Gosse. Et détrompez-vous, le beau gosse n’est pas celui que l’on croit… Comme dirait ma grand-mère, on te donne une maison et tu n’arrives même pas à faire la serpillère et te voilà présomptueux à vouloir t’occuper d’un village, mtsssssui. Vu l’état de la commune, je n’ose imaginer l’État de la France après son passage au Sénat. Tsi machaka !

Kouragna miteraka kouragna comme je dis toujours, en parlant de parlementeur, le débat a eu lieu, fallait-il se rapprocher du président Macro ou rester chez les REMPéR? Ce qui était drôle, c’était ce lapsus du sénateur Beau Gosse, qui au lieu de dire « département yatru », a dit « indépendance yatru ». Hahayé! Rapidement il s’est repris, mais fa taraaa, za naharegni. Dipendanciii mtsuuuiiii, jamais Maoré vanu. Et les voilà, les Comoriens qui n’arrêtent pas avec leur Mayotte comorienne. Madza rivoté oui! Tout de même, des fois je me pose des questions sur notre identité française, l’autre jour, on inauguré le collège de Ouangani et c’est alors qu’un responsable de l’éducation a prononcé son beau discours, bien préparé pour l’occasion « L’État français déploie des sommes considérables pour l’éducation à Mayotte » a-t-il dit. En voilà, un discours, amba « L’État français », est-ce qu’en Bretagne, il aurait dit l’État français ou l’État tout simplement? Haaa, vous me direz que je chipote, mais le diable est dans le détail. Fahamuuuu, mais bon il parait qu’on est hashiri.

Justement, en parlant de diable, la désunion est totale sur ce petit bout de caillou, autant chez ces pauvres cadis qui ne savent plus à quel saint se vouer, chez les politiques et même dans le monde des esprits. La bataille pour la clé de Mahabu est toujours en cours. Halalala, ces gens vont nous tuer. Mais les badris sont là, toutes les andouilles de Mayotte montreront leurs visages dhoihir maandhour.

 

Bon j’arrête avec mes unafiki, en tout cas il y en a un qui perd la tête en ce moment. Ari on l’appelle Bibendum. Vous le savez, quand on a le pouvoir, on se croit tout permis parfois. Ewa, bassi Bibendum, comme la mascotte de Michelin. Et pourquoi donc me diriez-vous ? Hummm, il a la fâcheuse tendance à faire éclater ses pneus régulièrement au rythme soutenu d’un changement tous les deux mois, voire tous les mois. Et au sein de son assemblée, ça grogne dur. Ari Bibendum n’en fait qu’à sa tête, il a choisi sa Lionne sans en référer à quiconque. Une Lionne toute neuve, l’autre n’avait pas dépassé les trois ans de vie. Et la cerise sur le kumimina, c’est qu’en plus, il est tellement respectueux du Code de la route, qu’il collectionne les contraventions. Tout ça aux frais de la princesse, enfin si on peut se considérer comme étant des membres d’une royauté quelconque. Royaume de la connerie sans doute. Non, mais vraiment, il y en a qui se croient. Be ri fanye jeje, sukuma rendre, comme dirait notre ami C12….

 

Bon, il est temps de rejoindre ma cuisine, le batabata ne cuit pas tout seul…

 

Dady Mnafiky