Chaque année depuis 15 ans, la même question revient : qui représentera Mayotte à l’élection de Miss France ? En fait, la vraie question n’est pas forcément qui, mais quel type de femme. En effet, l’élection de Miss Mayotte ravive les polémiques sur le profil type de la femme mahoraise.

 

Coiffure afro, peau à la teinte bien sombre, Ramatou Radjabo a déjoué les pronostics pour devenir Miss Mayotte 2015. La Poroanienne, qui étudie actuellement en STAPS (sciences et techniques des activités sportives) à la Réunion ne ressemble pas vraiment à la majorité de ses prédécesseurs. Celles-ci ont le jour de l’élection plutôt la peau claire et les cheveux défrisés. Ce fut le cas notamment en 2014 avec Ludy Langlade, Aïcha Ahmed en 2011, Elisabeth Ongaretto en 2010, Elodie Anridhoini en 2009, Esthel Née en 2008, Maeva Schublin en 2004. Mis à part Aïcha Ahmed, toutes les miss citées ont la caractéristique d’avoir un de leurs parents mzungu, c’est-à-dire Blanc.Jane Jaquin, qui a présenté la soirée Miss Mayotte en compagnie de l'humoriste Khams, est une adepte du nappy hair style.

Bien que Mayotte soit une terre de métissage, beaucoup de spectateurs leur refusent le droit d’être identifiée en tant qu’ambassadrice de la beauté mahoraise. « Ce ne sont pas des Mahoraises à 100 % » entend-on trop souvent. Mais bien malin qui pourrait se targuer de ne pas avoir dans sa famille ou parmi ses aïeux des personnes venues de l’extérieur de l’île. Mais le préjugé à la vie dure : la « vraie » Mahoraise doit avoir la peau noire.

La coiffure afro, posture identitaire et politique dans les années 1960 et 1970

En revanche pour les cheveux, la coiffure afro ou nappy (contraction de natural et happy) est plutôt rare dans les concours de beauté. Et lors de grandes occasions comme des soirées ou des mariages, les machines à défriser les cheveux marchent à plein régime. Sûrement pour mieux imiter les stars noires du cinéma, de la mode ou de la chanson (Beyoncé Knowles, Naomi Campbell, Nicky Minaj entre autres), mais inconsciemment se rapprocher des standards de la coiffure européenne.

Ramatou Radjabo et Hamida Nadjib (à droite au second plan) sont les seules candidates à avoir oser défiler avec des cheveux non défrisés.

Mais la coiffure afro (ou nappy) fait son retour en force. Oprah Winfrey, Alicia Keys, Ayo et surtout Solange Knowles, la petite sœur de Beyoncé ont décidé d’assumer leurs cheveux frisés ou crépus. Dans les années 60 et 70, les Black Panthers avaient adopté ce style capillaire pour affirmer leur différence et se démarquer des Blancs qui opprimaient les Noirs. C’était donc une attitude identitaire et politique. Aujourd’hui, certaines personnes comme l’essayiste Rokhaya Diallo avancent plutôt l’argument santé et la nocivité des produits pour défriser les cheveux.Cette année, le concours Miss Mayotte n'a obtenu que sept finalistes. Ramatou Radjabo représentera Mayotte à Miss france le 19 décembre prochain à Lille

Au lendemain de l’élection de Ramatou Radjabo, on a pu lire sur les réseaux sociaux certains commentaires affirmant « enfin une Miss qui nous représente ». Sous-entendu, enfin une Miss qui n’est pas métisse. Ces proches y croyaient moyennement, en raison de son style de coiffure. Mais, elle a bien été élue. D’ailleurs, parmi les candidates figuraient une autre jeune fille Hamida Nadjib, ayant choisi de lâcher ses cheveux crépus. Et la présentatrice de la soirée, Jane Jaquin n’avait rien à envier à Angela Davis ou aux Jackson Five de la grande époque. Comme Daniati Yves, Miss Mayotte 2013, elles laissent leurs cheveux au naturel, preuve que cette beauté-là aussi, plus africaine, peut représenter Mayotte. De là à séduire le jury de Miss France 2016 le 19 décembre prochain, ce sera une autre paire de manches.

Faïd Souhaïli

 

Pour approfondir sur les cheveux afro :

Nappy hair, la revanche des femmes noires

Comment je suis devenue nappy